Métiers de la paie

Les professionnels de la paie cherchent des CDI!

Comme souvent, l’idée de cet article est née de la lecture d’un commentaire linked in où un internaute associait intérim et précarité. Il avançait même l’idée que le statut de l’intérim était vécu par les salariés comme plus précaire que celui du CDD. Nous avons alors voulu vérifier ce qu’en pensaient les principaux intéressés et avons ainsi étudié le cas de 110 candidats à l’écoute du marché, immédiatement disponibles, en les interrogeant par téléphone sur leurs préférences en termes de contrats.

Nous leur avons demandé d’abord s’ils étaient plutôt à la recherche d’un CDI ou d’un contrat temporaire ? Puis s’ils avaient une préférence entre l’intérim et le CDD ?

Voici les résultats de notre étude.

1) Résultats généraux :

  • 39% des candidats immédiatement disponibles déclarent limiter leur recherche à un CDI
  • 33% préfèreraient obtenir un CDI mais sont prêts à accepter un contrat temporaire, et dans l’idéal plutôt un CDD
  • Seulement 28% des candidats interrogés, pourtant immédiatement disponibles, préfèrent décrocher un contrat temporaire, privilégiant encore légèrement le CDD à l’intérim.

 

2) Pourquoi les candidats privilégient-ils le CDI ?

Nous les avons interrogés pour comprendre leurs motivations. A travers un contrat CDI, ils cherchent avant tout la stabilité, afin de pouvoir établir des projets personnels bien sûr, mais pas seulement. Revient très régulièrement le souhait de faire partie intégrante de l’entreprise, dans une société où ils partageraient culture et valeurs. Ils précisent même pour un certain nombre d’entre eux qu’ils aimeraient participer au développement de l’entreprise en s’impliquant dans sa réussite. La notion d’appartenance à un groupe et à un projet revient régulièrement.

3) CDD ou intérim, quelles différences ?

Les candidats qui privilégient le CDD à l’intérim le font car ils y voient davantage de possibilité d’accéder à un CDI. L’idée est de mettre un pied dans l’entreprise, avec l’espoir qu’un poste fixe puisse se libérer. Cet espoir est d’autant plus crédible dans les grands groupes où les services paie sont volumineux.

Ceux qui privilégient l’intérim au CDD ont des profils aventuriers. Ils souhaitent découvrir de nouveaux modèles d’entreprise, de nouveaux fonctionnements, avec leurs univers managériaux et leur culture différente, de nouveaux logiciels, etc. Ils souhaitent également parfois se soustraire au pouvoir hiérarchique de l’entreprise, en ayant un statut proche de celui de l’intervenant indépendant. L’intérim semble particulièrement attirer les profils juniors, en quête d’expériences diverses, et les profils seniors, qui souhaitent mettre au service des entreprises leur expérience quand il leur reste encore peu de temps avant de prendre leur retraite.

Conclusions : Ces réponses en disent long sur l’état d’esprit et les attentes des salariés

Alors que les études sont nombreuses à mettre en avant les attentes des nouvelles générations, qui iraient vers davantage d’autonomie et de liberté, une sorte de tourisme professionnel, notre étude nous amène plutôt à penser que la principale préoccupation des salariés reste la possibilité de s’installer sur la durée, et de s’investir dans un projet long.

Un CDI offre bien sûr aux salariés l’occasion de se construire personnellement (achat d’un appartement, obtention de crédits, etc.) Mais il correspond également à une envie clairement explicitée ici de s’impliquer dans un projet professionnel d’entreprise. Les gestionnaires de paie, qui font pourtant partie des fonctions dites « support » expriment clairement leur souhait dans cette étude de s’impliquer dans la réussite de leur service, et au-delà, dans celle de leur entreprise. Cet enjeu tenant une place de choix dans ce qui les motive au quotidien.

Les candidats interrogés ont une réelle volonté de se construire une identité professionnelle en entreprise, avec pour objectif la réalisation de résultats qui soient profitables à l’entreprise, tout en acquérant, à travers la prise de nouvelles responsabilités de nouvelles compétences personnelles et professionnelles (savoir et savoir-faire).

 

écrit par Joseph Calen

Diplômé de l'École Supérieure de Commerce de Paris et d'une maîtrise de psychologie sociale, il rejoint en 2004 un cabinet de recrutement parisien dans lequel il évolue de consultant à manager. Il est l’un des fondateurs associés de PAY JOB.