Qui est le manager paie d’aujourd’hui ?

En l’espace de quelques années, on constate une véritable transformation du métier de manager paie. Responsable paie, payroll manager, responsable paie et administration du personnel, responsable paie et Rh, responsable paie et SIRH…
Autant de dénominations qui font apparaître les trois compétences clefs du Manager Paie 2017 : la maîtrise de la paie bien sûr, celle de l’administration du personnel au sens large, mais également la supervision du logiciel de SIRH, que cela concerne sa mise en place ou son évolution.

Le responsable paie évolue au rythme des nouvelles lois et des changements au sein de l’entreprise (nouveaux accords, nouvelles indemnisations, augmentations, primes…). Ce poste nécessite des qualités de rigueur et de discrétion, une expertise métier pointue, et bien sûr une compétence managériale, pas toujours évidente à acquérir pour des collaborateurs avant tout reconnus pour leur savoir-faire. En outre, le responsable paie, doit être force de proposition afin d’automatiser au maximum la gestion des données et ainsi faciliter le travail du service paie dans son ensemble.

Nous avons réalisé un portrait-robot du « Responsable Paie » d’aujourd’hui, à partir de 2000 candidatures de managers paie étudiées en 2016 (nous avons limité notre étude aux responsables paie en situation de manager une équipe).

Portrait-Robot du responsable paie

En premier lieu, nous remarquons sans surprise une forte féminisation de la fonction, puisque 73% des cadres de la paie sont des femmes. Cela confirme la tendance de la fonction RH largement représentée par des femmes.

Des profils expérimentés

  • 69% des professionnels ont plus de 10 ans d’expérience, en gestion de la paie
  • 24% ont entre 5 à 10 ans
  • Seuls 8% ont moins de 5 ans d’expérience.

Les niveaux d’expérience correspondent bien au niveau d’expertise et de technicité exigés par le poste. C’est donc l’ancienneté, qui va de pair avec l’expérience du métier, de situations diverses, la connaissance de la législation, qu’une entreprise valorise pour choisir son responsable paie.

Ce dernier est le garant de la conformité de la paie. Il joue un rôle de conseil auprès de ses équipes et est le responsable, en dernier recours, de la bonne production des bulletins de salaire et de la juste déclaration des charges sociales.

Des services à taille humaine

Au-delà des missions « classiques » dévolues aux managers, le responsable paie détient un rôle de support technique et de veille juridique et RH auprès de ses collaborateurs.

On constate à travers ce baromètre que la grande majorité des responsables paie encadre une petite équipe :

  • 60% des responsables paie management moins de 4 collaborateurs
  • 30% des responsables paie managent entre 5 et 10 collaborateurs
  • 10% encadre une équipe composée de plus de 10 collaborateurs

Parmi les responsables paie manageant moins de 4 collaborateurs, il faudrait distinguer les managers intermédiaires, appartenant à des services paie de grands groupes et ayant au-dessus un directeur paie, et les responsables paie de PME. Leur métier est bien différent ; les managers paie intermédiaires ayant généralement beaucoup de libertés et de responsabilités que les responsables paie de PME.

Majoritairement des Bac+2/3

On constate que 45% des responsables paie détiennent un diplôme BAC+2/3. C’est davantage que ceux qui ont été jusqu’à un bac+4/5 (39%). Et ce, malgré une claire augmentation du niveau de diplôme des professionnels de la paie ces dernières années, lié notamment aux nouvelles nécessités d’un métier devenant de plus en plus complexe.

Ces données démontrent que l’expérience est plus importante que le niveau de diplôme pour accéder au titre de responsable paie.

Les formations courtes tel que le BTS comptabilité gestion, éventuellement complété par un DU de gestionnaire de paie sont plébiscitées par les candidats comme les employeurs puisqu’elles permettent une employabilité dès l’obtention du diplôme et une opérationnalité immédiate.

Ils travaillent majoritairement dans de grands groupes

51% des responsables paie exercent au sein de grands groupes français et internationaux. Si l’on ajoute à ce nombre ceux qui exercent en PME, 62% des managers paie exercent leur profession au sein d’entreprise.

Seuls 13% des managers paie exercent en prestation de service (cabinets d’expertise comptable et sociétés de conseil SIRH).

Enfin, 25% des responsables paies ont un profil « hybride », avec en général un passage par un cabinet d’expertise comptable, réputé être la meilleure école, puis une évolution vers un service RH interne d’une entreprise.

Une rémunération attractive

Bonne nouvelle, la tendance à la hausse se poursuit pour cette fonction qui ne connait pas la crise. La pénurie des talents tire les rémunérations à la hausse. Un manager paie gagne en moyenne 46 K€/ an.

1-Rémunération nationale

2-  Rémunération nationale vs province

Un manager paie parisien gagne 20% de plus qu’un homologue provincial, ce qui est conforme aux différences constatées sur d’autres métiers.

41% des responsables paie ne parlent pas du tout anglais

Alors que de plus en plus de sociétés se tournent vers l’international, on constate dans le même temps que peu de responsable paie maitrisent l’anglais.

Ils ne sont que 22% à détenir un très bon niveau d’anglais, contre 37% avec un niveau « intermédiaire » (généralement il s’agit de collaborateurs capables de lire et de correspondre par email mais pas par oral) et 41% avec un niveau « débutant ».