×
  • Accueil
  • /
  • Recrutement en Paie, ADP et SIRH : bilan et conseils de PAY JOB pour 2023

Recrutement en Paie, ADP et SIRH : bilan et conseils de PAY JOB pour 2023

15/12/22

Interview Fanny et Maxime

7 min Par PAY JOB

Conseils Emplois

Pour faire l’état des lieux du recrutement en cette fin d’année 2022, nous avons interrogé Fanny, Manager de PAY JOB IDF ; ainsi que Maxime, Manager PAY JOB Province. Ils nous partagent leurs bilans de l’année écoulée ainsi que leurs visions du recrutement des métiers Paie, ADP et SIRH pour 2023.


Faisons le Bilan 2022 du recrutement en Paie et SIRH avec Fanny et Maxime

Fanny Pantecouteau

Fanny PANTECOUTEAU - Manager PAY JOB Île-de-France

Quelles sont vos plus grandes réussites de l’année ?

Voir la croissance de PAY JOB se maintenir est une belle réussite. La division est maintenant installée depuis plus de 15 ans. Grâce au travail et à l’investissement des consultants, PAY JOB gagne encore de belles parts de marché sur ces métiers qui restent très pénuriques.

À titre personnel, avec une arrivée récente en septembre 2022, mon challenge a été de réussir à intégrer l’équipe et à me rendre la plus utile possible pour accompagner cette croissance.

Maxime Brun

Maxime BRUN - Manager PAY JOB Province

Quelles sont vos plus grandes réussites de l’année ?

Sur la partie Province, nous avons intégré en 2022 treize nouveaux collaborateurs.

Nous avons également su convaincre de nombreux nouveaux clients, tout en fidélisant les plus anciens.

Pour moi, la réussite de cette année réside dans le fait d’avoir réussi à maintenir notre niveau de qualité et de service client, malgré le volume et l’intensité de l’activité.

Avez-vous une anecdote à nous partager ?

Fanny : Je vous partage une anecdote rapportée par un consultant et un recruteur de mon équipe : une candidate devait se rendre en entretien chez un client à la Défense. En arrivant sur place, elle réalise qu’il faut passer l’entretien dans une tour. Sujette au vertige, elle n’a pas pu se résoudre à monter. On se rend compte que parfois on ne peut pas tout anticiper !

Maxime : Nous avons battu le record du process de recrutement le plus court : 24h !

Mais nous avons aussi vécu un process de recrutement rocambolesque en termes de retournements de situation, qui a duré près de 6 mois : deux candidats sont allés jusqu’au bout d’un long process de sélection pour finalement décliner l’offre qui leur a été faite. Et c’est lors d’une prise de références auprès d’un ancien employeur d’un candidat que le consultant apprend que cette personne est en recherche active. C’est finalement cette nouvelle candidate inattendue qui a été retenue et qui a accepté le poste.

Que pensez-vous du recrutement en 2022 sur votre secteur ?

Fanny : Le premier semestre 2022 a été très bon, avec de nombreuses demandes clients et des postes pourvus en un temps raisonnable. Le second semestre a demandé plus d’efforts ; le marché s’inverse un peu, les entreprises font attention au budget. Les candidats sont très sollicités. Il va falloir développer de nouvelles stratégies différenciantes, créer encore plus d’affinité et de relation personnalisée avec nos interlocuteurs. Nous relançons d’ailleurs le défi PAY JOB qui attire chaque mois plus de 500 professionnels de la paie sur notre site internet.

Quel est l’état actuel du marché de l’emploi dans votre secteur ?

Fanny : Le marché est très dynamique. Comme je le mentionnais plus haut, nous sommes très sollicités par nos clients car les candidats disponibles et répondant aux critères très spécifiques attendus par les clients ne sont pas pléthores.  Les candidats sont plus volatiles qu’auparavant car ils sont sursollicités. Le marché est à leur avantage, ce qui joue sur les rémunérations et les exigences en hausse à satisfaire.

Maxime : Le marché est très dynamique aussi en province côté client, malgré quelques creux saisonniers. Il est plus pénurique côté candidats, pour les mêmes raisons.

Il y a encore plus de potentiel en province que ce que j’imaginais en début d’année, et ce sur l’ensemble du territoire. Tous les consultants ont développé leur activité et nous avons encore une belle marge de manœuvre.
Maxime BRUN

Est-ce qu’il existe des nouveaux métiers ? Si oui, quels sont les nouveaux métiers d’avenir ?

Fanny : Il n’y a pas de nouveaux métiers. On observe plus des évolutions juridiques, un peu de changement dans les logiciels utilisés et la nécessité d’avoir des postes mixtes paie et ADP, plus vendeurs auprès des candidats.

Quels facteurs impactent le plus votre secteur en ce moment ?

Fanny : On manque de candidats. Les rémunérations sont de plus en plus hautes par rapport à ce que proposent les sociétés. Actuellement, ce sont davantage les candidats qui imposent leurs exigences. Il faut ainsi inciter les entreprises à ouvrir leurs critères, peut-être accepter davantage de télétravail, orienter les choix vers des profils plus juniors qui se formeront en interne ou revoir les profils de poste avec moins d’exigences sur la connaissance des logiciels de paie pour encore une fois favoriser la formation interne.

2023

Leur vision du recrutement en 2023 pour les entreprises

Quels conseils donneriez-vous aux recruteurs pour 2023 ?

Fanny : Les entreprises doivent plus que jamais s’adapter à l’évolution du marché et aux attentes de leurs futurs collaborateurs. Il remonte du terrain que les candidats souhaitent aujourd’hui plus de télétravail, un cadre de travail plus souple, l’abandon du modèle 39h pour passer au forfait jour. Il faudrait également revoir les conventions collectives dans certains secteurs d’activité comme l’hôtellerie, la restauration, le retail ou la grande distribution, qui n’attirent plus les candidats car elles ne sont pas avantageuses pour eux, contrairement à celle du syntec par exemple.

Maxime : En province, on retrouve aussi ce souhait très fort du télétravail.
Je conseillerais aussi aux entreprises de raccourcir leurs process de recrutement, qui sont souvent trop longs et entrainent la perte de candidats en cours de route, ainsi que d’être un peu plus flexibles dans les critères de recherche, pour se donner la chance d’avoir un beau panel de candidats.

Enfin, je leur conseillerais de ne pas hésiter à faire appel aux cabinets de recrutement pour qui recruter est un savoir-faire. Nos consultants ont une grande connaissance du marché de leur région, connaissent les candidats et surtout présentent aux entreprises des dossiers complets de candidatures incluant un compte-rendu d’entretien détaillé, un test de paie et dès que possible une prise de référence. Le temps gagné par l’entreprise n’est pas négligeable.

Quelles sont les attentes et exigences des candidats en 2023 ?

Fanny : Dans un contexte de tensions sur les recrutements et face aux préoccupations liées au pouvoir d’achat, la question des rémunérations reste centrale. Pour autant, les entreprises devront aussi jouer sur de multiples leviers : télétravail, équilibre de vie personnelle et professionnelle, sens des missions, engagement de l’entreprise en matière de RSE…etc. pour recruter et fidéliser les compétences.

Les attentes les plus fréquentes sont les divers avantages proposés par l’entreprise, la durée du travail, l’accessibilité de l’entreprise et la prise en charge des frais de trajet domicile-travail.

Maxime : Les candidat veulent un environnement de travail bienveillant et/ou la démocratisation du télétravail.

Ce qui attend les candidats en 2023

Quels conseils donneriez-vous aux candidats pour 2023 ?

Fanny : Les candidats doivent selon moi être plus sélectifs dans leur recherche d’emploi, c’est-à-dire se concentrer sur trois ou quatre opportunités et les suivre à 100%. Les offres d’emploi sont en général assez précises sur les postes en paie. On précise en général le lieu de travail, le logiciel de paie utilisé, la taille de l’équipe, l’importance du portefeuille paies, les missions et les compétences attendues. Lors de la première prise de contact avec le recruteur, il est nécessaire de poser les bonnes questions afin de ne pas se déplacer ou convenir d’un entretien pour rien, cela fera perdre du temps au candidat et au recruteur.

Maxime : Je conseillerais aux candidats de mettre en avant leurs soft skills et d’être un peu plus flexibles sur leurs exigences.

Il est important aussi de bien travailler son CV, de le rendre professionnel, en y apportant toutes les informations utiles aux recruteurs.

Tous les types de structures vont recruter : les grands groupes, les CSP, et surtout les structures qui migrent de logiciel de paie.
Fanny PANTECOUTEAU

En conclusion

Pour 2023, qu’est-ce que vous souhaiteriez améliorer ?

Fanny : Je souhaite à PAY JOB de continuer sa belle croissance, en faisant notamment monter en compétences nos consultants juniors et nos recruteurs de talents et en faisant évoluer nos profils les plus confirmés vers des responsabilités managériales ou vers des fonctions plus transverses au sein du groupe. Notre ambition est de faire grandir chacune de nos entités, mais également de mutualiser nos ressources en développant des synergies avec l’ensemble des cabinets du groupe.

Quelle est votre vision de votre division pour 2023 ?

Fanny : Notre souhait est de continuer à faire grandir l’équipe, notamment sur les postes de consultants, afin de continuer à gagner des parts de marché. Malgré la difficulté à trouver suffisamment de candidats, le recrutement des profils en paie est dynamique. Cette spécialité est très recherchée et les entreprises sont prêtes à investir dans nos services pour avoir les meilleurs candidats, dans les meilleurs délais. La concurrence est bien présente, il est donc nécessaire que nous continuions à développer nos actions commerciales pour préserver ce que nous avons acquis, mais également continuer à conquérir de nouvelles structures.

Maxime : Je perçois encore beaucoup de mouvements et le marché va rester très porteur.
Les équipes supports de notre groupe prennent également de l’ampleur, la dynamique est bien là !

appartient au groupe