Rencontre avec Brankiça Pavlovic, CEO et Co-fondatrice d’Arhia

Selon les chiffres officiels, près de 2/3 des entreprises françaises externalisent à ce jour leur paie ; l’intérêt de ce choix, qui se révèle la majeure partie du temps plus pratique que stratégique, n’est donc plus à prouver. Néanmoins, il reste tout de même à choisir le « bon » prestataire – autrement dit, celui disposant de l’offre (services, ressources mises à disposition, tarification…) la plus adaptée aux problématiques et aux spécificités d’une activité donnée.
Sur ce marché en pleine croissance (+ 40% en trois ans), nous pouvons ainsi dissocier deux typologie d’acteurs : les structures éditrices d’outils (plateforme, SIRH, logiciel…) et les cabinets (expertise comptable ou spécialisés sur la gestion sociale). C’est sur ce premier type de prestataires que Pay Job a décidé de s’arrêter, en partant à leur rencontre.

Nouvelle étape aujourd’hui, avec l’interview de Brankiça Pavlovic – CEO et Co-fondatrice d’Ahria.
arhia

Pouvez-vous nous présenter vote activité ?

Brankiça Pavlovic : Arhia est un prestataire dédié à la gestion sociale des entreprises, quelles que soient leur taille et leur activité.
Nous traitons l’ensemble des formalités liées à l’administration du personnel et à la paye : embauche, solde de tout compte, bulletins de paie, déclarations sociales, absentéisme, visites médicales, registre du personnel….
Notre activité repose sur notre outil, développé en interne par l’équipe et moi-même. Il s’agit d’une plateforme 100% web à la fois souple et sécurisante, permettant une rapide intégration des spécificités des entreprises.
Plus largement, notre mission est de faciliter la vie des entreprises et de les affranchir des exigences associées à la gestion du personnel.
Notre volonté est d’offrir une prestation de qualité qui vise l’excellence et qui sécurise les risques encourus.
Notre approche est de personnaliser le service rendu en privilégiant l’efficacité, la proximité et la souplesse.

Quel a été votre parcours jusqu’alors ?

J’ai passé plus de vingt années au sein de multiples services Paie et Administration du personnel, aussi bien en entreprise que chez des prestataires. Cela m’a permis de me confronter à une multitude d’environnements et problématiques et de découvrir de nombreux logiciels de Paie.

Justement, autour de quel(s) constat(s) le projet s’est-il construit ?

Durant mon parcours, j’ai constaté que le marché des SIRH permettant de réaliser des bulletins de paie s’organise autour de deux grandes offres : d’un côté, les outils paramétrables en interne par le client, avec un support fonctionnel de la part de l’éditeur ou d’un revendeur. Certes ce mode de gestion est plus souple mais il présente des inconvénients : la logique et la conformité des paramétrages est indexé au niveau de compétences du responsable Paie et SIRH.

De l’autre, les systèmes plus complexes, maintenus par le prestataire, permettent de bénéficier de fonctionnalités plus importantes mais ils ne sont pas toujours en mesure de s’adapter aux spécificités et aux besoins des entreprises.
Dernier point, peu d’outils proposent de piloter la totalité du processus d’administration du personnel : DPAE, contrat de travail, calcul automatique des indemnités de rupture, documents de STC, gestion des visites médicales….
Pour faire face à des environnements sociaux denses, les entreprises cherchent des solutions pour répondre à leurs obligations légales. Cependant, comment s’assurer que la gestion du personnel et sa traduction via le bulletin de paye sont conformes du point de vue des règles légales et conventionnelles ? Comment gagner en sérénité et en confiance sur ces questions sensibles ? Comment être certain que toutes les formalités ont été accomplies ?
En nous basant sur ce constat, nous avons conçu une prestation d’externalisation couvrant l’ensemble du processus paie et administration du personnel en nous appuyant sur un outil dans lequel nous avons automatisé les règles légales et conventionnelles.

A quelle(s) cible(s) vous adressez-vous aujourd’hui

De par son fonctionnement, notre outil s’adresse à tout type d’entreprises, PME comme Grand Groupe, tous secteurs confondus.
Notre modèle s’adapte aussi bien aux secteurs dit « complexes » (BTP, production audiovisuelle, industrie, hôtellerie / restauration, travail temporaire) qu’aux secteurs plus « classiques » présentant, au premier abord, moins de particularités.

Concrètement, quelles sont les fonctionnalités clés de votre outil ?

– Le multi-période d’emplois : Nous avons mis en place la fonctionnalité de traiter plusieurs bulletins de paie pour le même collaborateur sur une même période d’emploi.

– la rétroactivité : Il faut modifier, annuler une donnée déjà constatée en paye ? La rétroactivité est une fonctionnalité native dans le produit. Le système va recalculer en automatique les données de rappel.

– le live chat : Un expert est toujours en ligne pour répondre aux besoins d’assistance de nos clients.

– la possibilité pour le client de suivre son dossier en temps réel : les données sont accessibles 24/24, 7/7, nos clients ont une visibilité permanente sur le traitement de leurs informations.

D’un point de vue de la facturation, comment fonctionnez-vous ?

Comme évoqué plus haut, notre objectif était de trouver un modèle permettant de simplifier et de clarifier au maximum cet aspect.
Nous fonctionnons sur la base d’un forfait unique et raisonnons à l’échelle d’un salarié, et non par document ou temps passé sur le dossier. Ce forfait est de 14€ par mois et par salarié.

Où en êtes-vous à ce jour ?

Nous avons intégré notre premier client à la fin du premier trimestre 2016. Quatre autres nous on rejoint depuis. Nous avons actuellement un volume de 300 salariés par mois sur des secteurs variés (travail temporaire, prestations de services, crédit-bail immobilier, holding…). Nous poursuivons notre développement et prévoyons sur l’année 2017 de quadrupler notre volume de production.

Quel objectif(s) vous fixez-vous pour la suite ? A quelle échéance ?

Nous avons des ambitions importantes. En effet, notre objectif est de devenir un acteur majeur de l’externalisation de la paye et du SIRH. A trois ans, nous projetons de franchir le cap des 5 millions d’euros de CA et à 5 ans, d’entrer dans le trio de tête du secteur.

Pour finir, pouvez-vous nous présenter l’équipe ?

Nous sommes deux fondateurs.
Diplômé en économie et expertise-comptable, Arnaud Benhamdine possède une expérience de 15 années comme Consultant Paie et SIRH acquises au sein d’acteurs majeurs du conseil et il a occupé les fonctions de responsable juridique et processus paie chez un des leaders français du SIRH. Il occupe les fonctions de CTO.

Diplômée en droit du travail et gestion des ressources humaines, je possède une expérience de 25 années dans le domaine de la paye et de l’administration du personnel. J’ai notamment occupé des fonctions de responsable opérationnelle au sein de structures diverses (PME et Grands Groupes) et j’ai travaillé comme directrice des services clients pour le leader mondial du SIRH.  J’occupe les fonctions de CEO.

contact-arhia

 

 

Paie : Les nouveautés de l’été 2016

Cet été nous assistons à l’entrée en vigueur de plusieurs dispositions dans le domaine de la Paie- ADP.
Certaines de ces nouveautés sont déjà applicables depuis le 1er juillet 2016 alors que d’autres rentreront en vigueur sur le mois d’août.
Nous vous proposons de recenser cette actualité.

DSN : Assujettissement de nouvelles entreprises

De nouvelles entreprises sont désormais assujetties à la DSN, pour les rémunérations versées à partir du 1er juillet 2016 (et donc de la DSN du 5 ou 15 août 2016) :

  • Entreprises versant directement : des cotisations et contributions sociales pour un montant égal ou supérieur à 50 000 euros (période de paie de l’année 2014)
  • Entreprises ayant recours à un tiers déclarant : ayant déclaré un montant de cotisations et contributions sociales égal ou supérieur à 10 millions d’euros pour le compte de ses différents clients (pour l’année 2014)Décret n° 2016-611 du 18 mai 2016 fixant les dates limites pour la transmission obligatoire de la déclaration sociale nominative.

 

Décret n° 2016-611 du 18 mai 2016 fixant les dates limites pour la transmission obligatoire de la déclaration sociale nominative.

Frais de transport : Augmentation tarifs Navigo

Il est prévu une augmentation de 4.3% des tarifs des Pass-Navigo à partir du 1er aout 2016 en Ile-de-France. Il s’agit là d’une décision du Conseil d’administration du Syndicat des transports d’Ile-de-France prise le 13 juillet 2016. Cela concerne les forfaits Navigo : Hebdomadaires, mensuels et annuels.

Désormais le forfait mensuel toutes zones sera de 73€ contre 70€ auparavant.  Il faut également rappeler que l’employeur à l’obligation de participer à hauteur de 50 % aux titre d’abonnement aux transports publics de personnes par les salariés pour les déplacements domicile-lieu de travail. Avec cette augmentation, la part employeur sur l’abonnement mensuel tout zone sera de 36.5€.

Délibération n°2016/255, du 13 juillet 2016 : http://www.stif.org/IMG/pdf/n255d-tarifs.pdf

Versement transport : Des nouveaux taux pour certaines communes de province

De nouveaux taux de la contribution versement de transport collecté par l’URSSAF sont applicables depuis le 1er juillet 2016. Cette contribution concerne les entreprises occupant 11 salariés et permet le financement des transports en commun en région parisienne et dans les communes de plus de 10 000 habitants ayant institué ce versement.

Cette modification du taux concerne plusieurs villes de province par exemple la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix en Provence où le taux est porté à 2% contre 1.70% auparavant, la Communauté d’agglomération du Puy-en-Velay où le taux est porté à 0.80% contre 0.60% auparavant…).

Circulaire ACOSS n° 2016-014 du 24 mai 2016 relative à la modification du champ d’application et du taux de versement transport.

Contrôle URSSAF : Renforcement des droits et garanties des cotisants

Depuis le 11 juillet 2016, les droits et les garanties du cotisant dans le cadre d’un contrôle opéré par les organismes de recouvrement sont renforcés.

Ces nouvelles dispositions concernent la procédure de contrôle en intégralité (l’avis, mise en demeure du contrôle…). Ce décret renforce notamment la motivation des décisions des organismes adressées à la personne contrôlée, s’agissant notamment de la décision de la commission de recours amiable (CRA) et la mise en demeure. Désormais seront également opposables les dispositions de la charte du cotisant contrôlé et allonge de un à deux mois le délai de saisine de la commission de recours amiable (CRA).

Décret n° 2016-941 du 8 juillet 2016 relatif au renforcement des droits des cotisants

Règle d’assurance chômage : Intermittents du spectacle 

Ce décret entre en vigueur le 1er août 2016 et fixe les nouvelles règles d’assurance chômage applicables aux salariés privés d’emploi relevant des professions de la production cinématographique, de l’audiovisuel ou du spectacle.

Les nouvelles règles d’indemnisation s’appliquent aux intermittents du spectacle dont la fin de contrat de travail prise en considération pour l’ouverture des droits est postérieure au 31 juillet 2016.

La principale disposition est l’ouverture des droits à l’indemnisation pour les artistes et les techniciens, à partir de 507 heures travaillées sur 12 mois alors qu’aujourd’hui cette durée est de 10.5 mois pour les artistes et de 10 mois pour les techniciens.

Décret n° 2016-961 du 13 juillet 2016 relatif au régime d’assurance chômage des travailleurs involontairement privés d’emploi